Digiduo

Cliquez ici pour retourner sur Digiduo
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 T.I.R.

Aller en bas 
AuteurMessage
Raharu
membre Ultime
membre Ultime
Raharu

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 29
Localisation : Silent Hill
partenaire digimon : Vespa
Date d'inscription : 22/02/2006

T.I.R. Empty
MessageSujet: T.I.R.   T.I.R. EmptySam 31 Mar - 13:47

Comme je l'avais annoncé, voila le premier chapitre de ma nouvelle fic ^^.

Enjoy enjoy !

T.I.R. Tirzr4


Stimulus 01 : Genèse.

Plateau de Sanocéa.

??? : Ah purée… Ce plateau est vraiment trop monotone…

En haut d’une falaise, un type sur un cheval scrutait la plaine s’étendant devant lui. Son regard s’arrêta sur une lueur à l’horizon.

??? : Tiens… Qu’est-ce que c’est que ça… ?

L’inconnu donna un coup de talon au flan du cheval, qui avança au trot vers le point lumineux. Après une dizaine de minutes, la température, qui augmentait constamment, inquiéta le cheval. Celui-ci exprima ses impressions en entamant une ruade. Son cavalier serra fermement les rennes pour le calmer.

??? : Moi aussi j’ai une mauvaise impression, mais mieux ne vaut pas aller trop vite…

Le cheval repartit au trot. C’est à ce moment que le mystérieux cavalier remarqua deux silhouettes humaines courrant vers lui. Il arrêta son cheval et attendit que les deux énergumènes soient devant lui. Deux soldats. Ils pointèrent leurs lances vers l’inconnu.

Soldat 1 : Halte !
Soldat 2 : Ne bougez plus !
??? : Oh ! Du calme !
Soldat 1 : Personne n’est autorisé à passer par là !! Cette zone est sous contrôle de l’Empire Siaan…
??? : L’Empire Siaan ? Qu’est-ce que vous faites aussi loin de vos frontières ?
Soldat 2 : Ce ne sont pas vos affaires ! Maintenant, déguerpissez !!
??? : … Je déteste quand on ne me dit pas tout…
Soldat 1 : Quoi ?!

Le tonnerre retentit deux fois…

Ville des Reclus.

L’inconnu avait lancé son cheval au galop et fonçait à présent vers la source de la lumière très vive aperçue auparavant. Cette forte lumière venait en fait du village des Reclus, un petit hameau situé quelques kilomètres plus loin.

??? : Eh merde…

L’inconnu se trouvait en haut de la falaise surplombant le village. Le Tbré, unique fleuve du continent, traversait le village du nord au sud. Mais l’onde calme reflétait surtout les flammes qui ravageaient le village. La falaise n’étant pas trop raide, l’inconnu lança son cheval et le fit descendre la pente. Une fois en bas, le cheval refusa d’avancer plus loin dans la fournaise. L’inconnu du donc sauter à terre et continuer à pied. Il ne remarqua même pas le cheval qui repartait dans l’autre sens, libre à présent. L’inconnu fonça vers la maison la plus proche. Il défonça la porte d’un coup d’épaule. Mais à l’intérieur, la chaleur était infernale et il du se couvrir le visage avec le bras droit. Mais dans la maison en feu, il n’y avait que des flammes et des cadavres. L’inconnu ressortit aussi vite qu’il le pu et courut jusqu’à la maison suivante. Avant d’avoir pu atteindre le palier, une femme en sortit, dévorée elle aussi par les flammes. L’inconnu l’attrapa et l’amena jusqu’au fleuve, avant de l’y tremper. Une fois le feu éteint, il tenta de la réanimer, ce qu’il réussit après un petit moment.

Femme : Ah… J’ai mal…
??? : Calmez-vous… Tout ira bien…
Femme : Qui… Qui êtes vous… ?

Le lendemain
Chute du Tbré.

En bas de la chute d’eau, une jeune fille était allongée sur la plage. Ses habits trempés témoignaient du dur moment qu’elle avait du passer. Quand elle se réveilla, la première chose qu’elle ressentit, ce fut son bras droit, qui lui faisait atrocement mal. En constatant qu’il n’y avait pas de plaie apparente, elle en conclut qu’il était certainement cassé. La fille se traîna jusqu’à l’orée du bois à proximité, se releva tant bien que mal en agrippant le tronc d’un arbre et cassa deux branches. Elle ramassa ensuite une liane, s’adossa à l’arbre et se fabriqua un atèle. Bien que la douleur ne s’estompa pas, ça permettra en tout cas de ne pas aggraver les dégâts.

??? : Ah, si seulement j’avais des herbes médicinales…

Elle se souvint tout d’un coup. Elle sortit une bourse de sa poche et l’ouvrit. Elle en sortit une pâte molle et humide.

??? : Oh non, c’est mouillé… Maman va me crier dessus…

Deuxième flash. Les évènements de la veille lui revinrent à la mémoire. Les flammes ravageant le village, sa maison à moitié détruite, sa mère morte par terre, un étrange individu courant vers elle, sa fuite par le Tbré. Des larmes perlèrent sur ses joues. Au lieu de les essuyer, elle préféra se recroqueviller et pleurer. Après quelques instants, un bruit provint de la forêt. Quelque chose venait vers elle, certainement alerté par ses pleurs. Oubliant sa peine, elle se releva difficilement et se dirigea vers le Tbré à reculons, fixant la forêt des yeux. Mais elle trébucha après quelques pas et tomba par terre, cognant son bras contre les galets qui jonchaient la plage.

??? : Aïe ! Mon bras !!

Cette nouvelle douleur fit repartir ses pleurs de plus belle.

??? : Ah enfin, je te retrouve !

Un inconnu sortit de la forêt et s’avançait vers elle. Il était vêtu d’un long manteau noir. La fille le reconnu. C’était le type qui avait couru vers elle. Il s’arrêta devant elle et tendit sa main gauche vers elle, l’invitant à se relever. Mais la fille se traîna rapidement en arrière, s’éloignant de la main de l’inconnu. L’inconnu recula un peu. La fille, toujours les larmes aux yeux, était apeurée. L’inconnu, ayant remarqué ce détail, ne chercha pas à s’approcher, mais tenta d’ouvrir le dialogue.

??? : Tu t’appelles bien Julia, non ?

La fille écarquilla les yeux. Comment un type pareil pouvait connaître son nom. Elle répondit par un hochement de tête. Même si elle n’avait toujours rien dit, l’inconnu avait réussi à la faire répondre.

??? : Tu habitais dans ce village, pas vrai ?

Julia ne bougea pas cette fois. L’inconnu était certes observateur, mais pas très patient.

??? : Allez quoi ! Un peu d’entrain !

Son changement de ton accru la peur de Julia. Au fond de lui, l’inconnu avait toujours détesté les gosses.

??? : Tu peux me dire au moins ton âge, non ?
Julia : Vous pourriez d’abord me donner votre nom…

Non, il n’avait jamais aimé les gosses.

??? : Moi c’est…

L’inconnu s’arrêta et réfléchis quelques secondes.

??? : Rioji, enchanté…
Julia : Vous mentez !

Il les exècre même, ces sals gosses.

Rioji : Non, je suis sérieux…
Julia : Je vous crois pas !
Rioji : Ben t’as pas le choix !

Et voila, il avait recommencé.

Rioji : Bon… Tu as quel âge alors ?
Julia : Qui vous a donné mon nom !?

Patience Rioji, patience. Au moins elle parle maintenant.

Rioji : C’est… C’est ta mère…
Julia : Ma mère !

Julia se redressa rapidement, ignorant la douleur.

Julia : Que lui avez-vous fait !?
Rioji : Rien rien… Je te le promets…
Julia : Alors, où est-elle ?!!
Rioji : …
Julia : Où !?
Rioji : Elle est morte, et tu l’as vue, non ?

Le ton sérieux de Rioji glaça le sang de Julia. Oui, elle avait vue sa mère morte. Mais elle n’arrivait pas à l’accepter. C’était inconcevable. Julia se calma et se rassit, abattue.

Rioji : Tu avais de la famille ? Des frères ? Des sœurs ?
Julia : Non, juste mon père…

C’était bien elle, il n’y avait plus de doutes.

Rioji : Et où est-on père ?
Julia : Partit…
Rioji : Donc il n’était pas au village hier soir ?
Julia : Non…
Rioji : Alors c’est parfait !

Julia leva la tête vers Rioji, surprise par sa réaction.

Rioji : Allons le chercher alors !
Julia : Q… Quoi ?
Rioji : Ta mère, avant de mourir, a souhaité que je t’accompagne. Même si c’est contre mes principes, je vais au moins t’amener jusqu’à ton père…

Oui, le plus tôt possible.

Julia : Ma mère n’aurait jamais fait confiance à un inconnu !
Rioji : Ta mère était entrain de crever !

Oups, le mot de trop. Julia se retint, mais ne pu s’empêcher de fondre en larmes. Rioji soupira.

Rioji : Désolé, je ne voulais pas…
Julia : De toute façon, je ne veux plus jamais revoir mon père, jamais !
Rioji : C… Comment ça ?
Julia : Il m’a abandonné, moi et maman… Je ne lui pardonnerais jamais !

Non, pas ça. Rioji soupira de plus belle. Il avait bien besoin d’une situation pareille. Mais pourquoi toujours lui ?

Rioji : De toute façon, on ne peut pas rester ici, c’est trop dangereux… Les impériaux risquent de revenir…
Julia : Les impériaux ?
Rioji : Oui, les habitants de l’Empire Siaan…

Julia ne broncha pas.

Rioji : Tu ne vois de quoi il s’agit ?
Julia : Non…
Rioji : Bon pour l’instant, tu n’as pas besoin de le savoir… Contentons-nous de rejoindre la ville la plus proche…
Julia : D’a… D’accord…

Julia se releva encore une fois, mais cette fois-ci souffrit à cause de son bras.

Rioji : Ton bras est cassé ?

Julia acquiesca. Rioji s’avança et se pencha en avant, fixant le bras enflé de la jeune fille.

Rioji : Il est bien amoché… On s’en occupera en ville… Tu viens ?

Rioji entra dans la forêt. Julia n’attendit pas et le suivit, gardant tout de même une certaine distance avec Rioji.

Rioji : Tu ne m’as toujours pas dit quel âge tu avais…
Julia : J’ai 12 ans…
Rioji : Eh ben…

Jeune. Trop jeune pour vivre de tels évènements.

Julia : Et toi ?
Rioji : Moi j’ai… 30 ans.
Julia : C’est encore un mensonge ?
Rioji : Pourquoi encore ? Je t’ai jamais mentit depuis qu’on s’est rencontré, non ?

Rioji sourit, et continua a avancer dans la jungle, suivit par Julia.

Ville des Reclus.

En haut de la falaise, trois CTI (Char de Transport Impériaux) semblaient observer les décombres brûlés de la ville des Reclus. Au centre de la ville, une division de soldats et deux officiers fouillaient les cendres.

Soldat 3 : Monsieur, le nord de la ville est désert, aucun signe de vie…
??? : Bien, continuez à l’est…
Soldat 3 : A vos ordres !

Un soldat sortit en trombe d’un CTI, glissa le long de la falaise et courut jusqu’à l’officier le mieux décoré.

Soldat 4 : Mr l’Ordonateur !
Ordonateur Graes : Qui y a-t-il ?
Soldat 4 : Un appel urgent de Seaan !
Ordonateur Graes : La capitale…?
Soldat 4 : Oui…
Ordonateur Graes : Est-ce l’Empereur ?
Soldat 4 : Non…
Ordonateur Graes : Alors je ne prend pas l’appel…

Bien qu’étonné d’une telle réaction, le soldat se retira quand même.

??? : Eh ben… En tant qu’Ordonateur, tu as des privilèges, mais pas à ce point là…
Ordonateur Graes : Tu n’es pas censé me tutoyer, Coordonateur Seilf…
Coordonateur Seilf : Tu sais très bien pourquoi je suis moins gradé que toi !
Ordonateur Graes : Oui, et je te rappelle que je suis encore plus fort que toi pour l’instant… Donc ne tente rien contre moi…
Coordonateur Seilf : Chien de Vufser…
Ordonateur Graes : J’ai des ordres qui viennent directement de l’Empereur, tant que je n’aurais pas accompli ma mission, je ne veux pas être dérangé…
Coordonateur Seilf : Mais qu’est-ce que mon frère a encore en tête… ?

L’homme qui se tenait à côté de l’Ordonateur Graes était certes le belliqueux Coordonateur Seilf, mais il n’en était pas moins le frère cadet de l’Empereur Vufser. S’il était sous ses ordres, c’était justement à cause de sa nature violente et de son pouvoir. L’Ordonateur Graes était la seule personne plus forte que Seilf et, par chance, entièrement dévoué à l’Empereur.

Graes : Je n’en sais rien… Mais il y aurait encore des survivants si tu n’avais pas mis le feu au village et massacré la moitié des habitants…

Graes regarda Seilf. Celui-ci était très énervé et sa main était parcourue d’éclairs. Graes remarqua ce détail et attrapa le bras de Seilf. Trois secondes plus tard, Seilf poussait un grand cri et s’accroupi par terre, massant son bras douloureux.

Graes : Je t’avais prévenu…
Seilf : Pourquoi tu t’énerves ?

Seilf affichait maintenant un terrible rictus.

Seilf : Il reste un habitant…

Graes se retourna et dévisagea Seilf avec son fameux regard neutre, mais néanmoins terrorisant.

Seilf : Une jeune fille a été vue alors qu’elle se jetait dans le fleuve…
Graes : C’est tout ce qui nous reste…

Graes marcha vers les CTI, suivit par Seilf. Graes s’arrêta rapidement et regarda Seilf.

Graes : Toi, tu reste ici et tu continues les recherches… On ne peut négliger aucune piste…

Seilf, énervé, martela le sol de son pied. Au même moment, un mur d’une maison proche explosa. Tous les impériaux présents ici savaient et avaient fait le lien.


A SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
http://raharu.free.fr
Emilie
officière Milie
officière Milie
Emilie

Féminin
Nombre de messages : 6542
Age : 32
Localisation : quelque part en train de serrer Kudamon (l'étouffer même XD)
partenaire digimon : Penguinmon, Kudamon et Terriermon
Date d'inscription : 08/01/2005

T.I.R. Empty
MessageSujet: Re: T.I.R.   T.I.R. EmptySam 31 Mar - 14:26

comme je t'ai dit sur MSN, je trouve ca bien et mystérieux.

La suite ! *mode Posei on XD*

_________________
T.I.R. Satsumaetkudamonqd0
Une geniale bannière sur Satsuma et Kudamon. Arigato gozaimasu ma imoto-chan cherie I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://thedigiduo2.free.fr/index.html
 
T.I.R.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Digiduo :: le coin des artistes :: Fanfics :: Fanfics : autres-
Sauter vers: